Article | Magazine | Matériauthèque

De nouveaux matériaux pour construire le monde de demain

Choisir l’essentiel : 5 matériaux alternatifs extraits de la Matériauthèque

par Honorat Meas

La Matériauthèque de la Cité du design-Esadse © P. Grasset

Lors de la 12e édition de la Biennale, la Matériauthèque de la Cité du design exposera un large éventail de matériaux innovants, déroutants, voire étonnants : tous marquent un pas de côté et choisissent l’essentiel. En attendant l’ouverture de la Biennale, voici cinq matériaux qui se réinventent tout autant, sélectionnés par notre matériauthécaire.


Une brique alternative

Réalisée à partir d’argile et de boue issues des stations d’épuration, cette brique exploite un procédé industriel de la société VBC 3000 pour valoriser les boues organiques dans des matériaux de construction et offrir, ainsi, une alternative rentable et écologique aux retraitements habituels. Après cuisson, les « métaux lourds », présents dans les boues, sont transformés en oxydes métalliques, inertes et non largables, qui vont générer de nouvelles couleurs d’épiderme.

Plus d’infos

© VBC 3000

Un polymère sans plastique

100% bio-sourcé et complètement biodégradable, ce matériau développé par la société Lactips constitue une alternative efficace et responsable à de nombreux plastiques traditionnels. Ce plastique est le tout premier à être, à la fois, hydrosoluble à chaud comme à froid, biosourcé, totalement biodégradable, compostable et même comestible puisqu’il est issu d’une protéine du lait : la caséine.

Plus d’infos

© Lactips

Un papier revalorisé

Ce matériau de l’entreprise Procédés Chénel est fabriqué à partir de chutes de papier intissé (issues d’un autre produit de leur gamme) et de déchets de polyéthylène. Chaque plaque, fabriquée sans ajout de produit chimique, est recyclable à l’infini et classée M3 en termes de réaction au feu.

Plus d’infos

© Procédés Chénel

Une matière issue de la mer

Face aux dangers que représentent les déchets plastiques pour la faune marine, mais aussi pour l’homme, il est urgent de concevoir de nouveaux matériaux et produits compatibles avec les cycles de la vie : des matériaux écosourcés, biodégradables et assimilables par le vivant. C’est à partir de ce postulat que la société Scale a lancé le premier matériau biodégradable du marché exclusivement conçu à partir d’écailles de poisson.

Plus d’infos

© Scale

Un bois flexible

Développé par la société Obsess, le Weden est un matériau composite qui allie la rigidité du bois avec la capacité d’être souple à froid. Cette innovation ouvre, au bois et à son aspect, des applications inédites comme avec ce porte-bouteilles (cf. photo ci-contre) : un packaging original qui, grâce aux qualités du matériau, peut se déformer pour accueillir tous types de bouteilles.

Plus d’infos

© Weden/Alpes Packaging

par Honorat Meas


InspireUn séminaire dédié à la recherche-design, réunissant pour la première fois à la Biennale le milieu académique et le monde de l’entreprise.

La Biennale réunit depuis deux décennies (en présentiel et parfois par écrans interposés) entreprises, chercheurs, artistes, institutionnels… Hubspot hybride du design, elle provoque volontairement les rencontres pour stimuler la circulation des idées. Conscient du pouvoir de...


Recherche en dialogue Le philosophe Didier Debaise échange avec Simone Fehlinger, designer-chercheuse à la Cité du design.

Philosophie, anthropologie, biologie, sociologie… la recherche design se nourrit de la transdisciplinarité. À quoi ressemble une conversation entre des chercheurs de mondes différents ? Sans avoir en commun les mêmes connaissances théoriques, est-il possible de se comprendre,...


La Biennale vue par... Christophe Chaptal de Design fax

Nous avons suivi le directeur de Design fax lors de sa visite de la Biennale


Awazé CaféNouvel espace éphémère qui pimente la vie stéphanoise

Le Flore réouvre ses portes avec le collectif Vert Boucan : Danser sous la coupole, chiller dans l’herbe au soleil, déguster de bons petits plats... les occasions ne manqueront pas de découvrir ce lieu : ne les ratez pas !


Qu’est-ce qu’on mange à la Biennale, en mai-juin ?

Si la biennale cherche avant tout à nourrir les esprits et alimenter les réflexions, c’est toujours mieux le ventre plein. Pour pimenter votre agenda, les occasions de se régaler se succèdent tout au long de la biennale. Comme accompagnement aux habituelles questions « où...


⚠️
Votre navigateur est obsolète, l’affichage des contenus n’est pas garanti.
Veuillez effectuer une mise à jour.