Replay | Magazine | Biennale 2022

Fix, flux + flow

Les nouveaux imaginaires de la mobilité

par Coline Vernay

Podcast du séminaire du 23 juin 2022
Biennale Internationale Design Saint-Étienne - Bifurcations, Choisir l'essentiel 

Fix, Flux + Flow © Cité du design

Le design oriente nos trajectoires techniques, sociales et politiques. L’exposition documentaire Autofiction, une biographie de l’objet automobile a notamment montré la structuration profonde qu’opère l'objet automobile sur tous nos environnements, et ce, à l'échelle de la planète.

L’impulsion des innovations technologiques engendre toujours de profondes mutations urbaines et sociales, notamment de nos infrastructures, mais aussi de nos représentations. À travers les récits techniques, sociaux et esthétiques, construits autour de la voiture, le projet de la conférence invitait à repenser notre relation à la mobilité, à nos paysages et à l’usage de nos données.

Sur une généreuse invitation de Transdev-Stas, partenaire prestige de la Biennale Internationale Design Saint-Etienne, la conférence Fix, flux + flow contribue de façon originale aux réflexions qui animent ce débat public aujourd'hui.


Introductions

 Gaël Perdriau, Maire de Saint-Étienne et Président de Saint-Étienne Métropole :
Édouard Henaut, Directeur France du groupe Transdev :

Introductions à Fix, Flux + Flow

 Cette conférence nous permet d'aborder des questions que nous n'avons pas pu traiter au sein des expositions [...] Nous souhaitions les aborder au sein de conférences pour permettre le débat car il y a beaucoup de choses à penser et à concevoir collectivement 

Olivier Peyricot
Olivier Peyricot contextualise la journée dans le cadre de la Biennale des bifurcations, construite non pas sur des réponses et des solutions, mais plutôt sur des questionnements sur le métier du design.
Il présente les objectifs de la journée : poser la question des infrastructures, et celle du design de service autour de la mobilité en mode débat, pour mieux penser les enjeux collectivement.

 Pourquoi le titre Fix, Flux, Flow ? « Fix » en français veut dire « ne plus bouger » et en anglais « réparer ». « Flux » évoque la circulation des informations, énergies, personnes… « Flow » c’est le déplacement fluide : on est tous à la recherche de ce flow ! 

Laetitia Wolff
Laetitia Wolff revient sur le contexte dans lequel cette journée a vu le jour, rappelant les derniers rapports inquiétants du GIEC et de l’ADEME. Elle souligne l’importance critique du sujet de la mobilité durable, aujourd’hui au cœur du débat public, l’actualité se faisant autour de réflexions sur les transitions et les modes de développement compatibles avec la préservation de l’environnement. Avec Fix, Flux + Flow il s'agit d'approfondir les relations complexes de l'objet automobile avec les différentes structures qui en dépendent, nos ressources naturelles, notre pouvoir d'innovation mais aussi avec la psyché collective. La voiture est un système connecté au sein de systèmes plus vastes qui ont besoin d'être ré-inventés dans des scénarios plus durables. La conférence est construite en deux grands chapitres, le premier sur l'électromobilité et la seconde partie sur les imaginaires de la mobilité.

 Le design est un outil stratégique pour se confronter et réfléchir aux mutations multiformes. 

Laetitia Wolff

Partie 1

Introduction Keynote - Jens Martin Skibsted

Jens Martin Skibsted, Global Partner, VP Mobility & Foresight at Manyone, founder Biomega bike, member of World Economic Forum Think Tank, Denmark

The greenest type of energy is the one we do not spend.

Jens Martin Skibsted 
Jens Martin Skibsted analyse les différents modes de transports et les compare dans la dynamique d’urbanisation effrénée que l’on vit : avantages, inconvénients, dangers, et prospectives…. Son approche transversale s’intéresse aux contextes et différences géographiques et culturelles à l’échelle de pays ou de villes (Copenhague d’où il vient, sert souvent d’exemple). Pour ouvrir le débat sur la place de la voiture, du vélo, des transports en commun, et de leur cohabitation avec d’autres modes de déplacement comme les trottinettes électriques, il propose une approche historique, géographique, culturelle et éthique. Au-delà de l’aperçu riche des multiples solutions mises en place dans d’autres continents, Jens Martin insiste sur le fait qu’il n’y a pas de solution universelle, mais que c’est à chaque localité de comprendre finement ses particularités – tissu urbain, densité, intermodalité, mais aussi usages questionnés par les valeurs sociétales et les avancées technologiques, telles que l’Intelligence Artificielle.
L'intervention est en anglais

You’d not have bike lanes without bikes… Forgetting the object is very odd to me, as an industrial/product designer

Jens Martin Skibsted  re: urbanisation

Cas d’étude dans l’industrie - Vincent Rious de RTE

Un partenariat RTE avec la startup Dreev : pour l’expérimentation de pilotage de la recharge des véhicules électriques, avec des réseaux réversibles.
Vincent Rious, chef de pôle stratégie, prospective et évaluation, pôle études économiques à RTE, le gestionnaire du Réseau de Transport d’Electricité français. 

 L’électromobilité est fort heureusement une réalité, c’est l’un des leviers importants pour permettre la décarbonation de notre économie sur les 30 prochaines années. 

Vincent Rious, RTE
Vincent Rious apporte son regard croisé d’économiste / ingénieur, sur la façon dont nous produisons et gérons l’électricité, une dimension souvent invisible pour les non-experts.
Il décrit les interactions entre la mobilité, le système électrique des véhicules et les infrastructures. Il nous rappelle les objectifs à 2050 autour de la décarbonation de la mobilité (transports responsables pour 30 % des gaz à effet de serre en France) et poursuit par un point d’ensemble sur les enjeux particuliers de la place du véhicule électrique dans l’équilibre offre/demande. Il conclut sur le partenariat « win win » de RTE avec la start-up Dreev, une expérimentation autour du pilotage et de la recharge de véhicules électriques, avec des réseaux réversibles.

La mobilité, un projet urbain par des designers-citoyens - Luca Ballarini

Designers-citoyens urbains en action.
Luca Ballarini, fondateur TorinoStratosferica, Turin, Italie

The core of the Precollinear project: maintenance and care.
Who is in charge of caretakers? We should give those people more credits, more money. Maintainers are very valuable, especially for plants. 

Luca Ballarini 
Le projet Precollinear park de Turin est la transformation d’une ancienne ligne de tram à l’abandon en parc public, à l'initiative d'habitants et non de la puissance publique. Il raconte comment ce projet de revitalisation d'un espace voisin a pu prendre corps, grâce à la mobilisation citoyenne en plein confinement. Le co-design et la direction artistique sont au centre de cette démarche de “creative placemaking,” qui continue à chercher des façons d’améliorer le bien-être des habitants, de contribuer à la réduction de la pollution et de la chaleur tout en offrant un espace de vie commun. C'est aussi un exemple d’innovation urbaine “bottom up,” lorsque le design change le paradigme de la planification urbaine et même l’image de la ville.

Débat - conclusion de la matinée

Débat modéré par Laetitia Wolff
Avec Jens Martin Skibsted, Vincent Rious, Luca Ballarini et Olivier Peyricot.

La pensée technique des infrastructures est une pensée très complexe qui est loin des imaginaires collectifs. Alors, comment rendre visible et compréhensible la proposition technique ?

Olivier Peyricot

Cities and bicycles are the two smartest inventions of human being.

On est convaincu que la prise en compte des dimensions sociétales, des sciences sociales dans des travaux très techniques sont indispensables pour prendre en compte les frictions qui peuvent exister et créer de la désirabilité 

Vincent Rious

 L’appropriation conceptuelle des hautes technicités de l'électromobilité n’est pas facile, alors comment est-ce que le design peut aider à faciliter l’interaction, l’utilisation, l’expérience et la désirabilité de ces nouvelles technologies ?  

Laetitia Wolff
À mi-parcours, cette table-ronde réunit tous les intervenants de la matinée. Des échanges précédents, il ressort : une vision de la ville utopique, avec des habitants engagés,  et la question des infrastructures…

Au cours de la discussion, les intervenants font un retour sur l’histoire, l’adoption de nouveaux modèles d’expérimentations alternatives, et les perspectives (metaverse, changements dans la communication, logistique, infrastructures…). Ils échangent des réflexions sur le rôle du design pour faire réapparaître des infrastructures devenues invisibles, permettre un dialogue entre les idées techniques et le public, faciliter les utopies et les nouveaux usages de notre espèce urbaine, sans oublier de prendre en compte les non-humains avec le Living-Centered Design, etc.

Partie 2

Camper tous les enjeux - Stéphanie Vincent

Stéphanie Vincent, Sociologue, Université Lyon 2

 A la mesure des enjeux, on peut se demander : quel avenir pour la voiture ? 

Stéphanie Vincent
Stéphanie Vincent remet en perspective la place historique de la voiture, cet objet central à nos modes de vie porteur d’un imaginaire très puissant et si normalisé (progrès, confort, codes, possibles, flexibilité…), ce qui permet de comprendre pourquoi il est si compliqué aujourd’hui de le re-penser. Elle évoque aussi l’aménagement de l’espace, la transformation territoriale et l’évolution de nos modes de consommation historiquement liés au développement de l’automobile (supermarché, maison individuelle…). La question des inégalités d’accès aux modes de transport (exposition aux risques, enjeux énergétiques, climat, santé…) est également centrale à cette compréhension des paradoxes des altermobilités. En guise d’exemple concret, elle présente les résultats d’études qu’elle a récemment menées sur les pratiques de transport en temps de pandémie COVID, catalyseur des transformations préexistantes de notre rapport à la mobilité.

Big data et mobilité - Julien Reau

Julien Reau, Directeur Innovation chez Transdev

 La voiture a réussi à nous mettre un imaginaire tellement puissant et positif que les autres solutions de mobilités n’arrivent pas à rivaliser. 

Julien Réau
Julien Réau donne des exemples concrets de projets récents où la technologie invisible, mais aussi de nouvelles typologies d’objets, permettent d’améliorer l’expérience des utilisateurs des transports publics. Néanmoins, il insiste sur le besoin d’accompagnement des changements de comportement et la complémentarité des solutions bus/vélo par exemple. Il s'agit de mesurer la pertinence de l'innovation, qu'elle soit high ou low-tech ou servicielle, par un changement de paradigme et une prise de conscience globale des enjeux – politiques, financiers, sociétaux et environnementaux. Au travers du rôle d'opérateur de service public, on comprend comment le devoir d’exemplarité influence et conduit les projets d’innovation, que Reau souhaite centrer, avant tout, sur l’expérience voyageur.

Mobilité système D., comme douce - Laurent Bouzige

Laurent Bouzige, Chief Designer Strategy & Mobility - Toyota Europe Design Development, Design Studio, Sophia-Antipolis

 Dans nos sociétés trop gâtées on ne sait plus faire avec peu. 
Pour nous, une des forces du continent africain est cette approche frugale de l’innovation ainsi que sa capacité à se projeter dans le présent. 

Laurent Bouzige
Designer chez Toyota, Laurent Bouzige est le seul représentant d’un groupe automobile, redéfini comme une société de services mobilitaires. Il présente son travail (voiture sans permis, utilitaires, navettes autonomes) avec un focus sur les études qualitatives et projets réalisés sur le continent africain. À travers des initiatives à Dakar, au Rwanda et en Tanzanie, Bouzige explique l’intérêt pour un groupe comme Toyota de questionner la façon de s’implanter en Afrique, d’interroger la posture de l’entreprise. Riche des insights et réflexions nées lors de multiples rencontres avec les acteurs de l’innovation en Afrique, sa présentation parle ainsi d’innovation frugale (avec très peu, faire des choses extraordinaires et ingénieuses), de sobriété, d’écosystème et d’autonomisation grâce aux technologies. Il souligne le rôle des femmes, l’importance du « made in Africa », la compréhension de la chaîne de valeur de la mobilité, admire les modèles de mutualisation courants en Afrique, et la débrouillardise comme méthode d’innovation frugale. Il présente comme projet avancé et open source, un écosystème off-grid de services de micro-mobilité (micro-commerce, agriculture, logistique), qui s’adapte aux outils accessibles sur place, par exemple en préférant la découpe à plat, le roto-moulage mais pas les pièces thermoformées).
Pour lui, ce qui ressort principalement est que les consommateurs africains ne veulent pas d’un produit fini (il ne serait de toute façon pas économiquement viable de produire en Europe des produits finis et les envoyer en Afrique.), ce qui explique le choix de Toyota d’imaginer un modèle d’affaire à l’aide de l’équation durable : contribution+ appropriation locale = autonomisation des populations.

Moovizy, la nouvelle application - Sylvain Rizzon

Sylvain RizzonDirecteur commercial de CITYWAY, filiale de TransDev

 Comment les politiques, collectivités, grands groupes vont permettre de créer les services suffisants et nécessaires pour remplacer la voiture, et sa promesse très concurrentielle de confort, facilité, liberté... 

 Sylvain Rizzon
Sylvain Rizzon est responsable commercial depuis 25 ans et expert en mobilité servicielle, collaborant dans des entreprises majeures en transition électronique embarquée. L’objet de sa présentation est un cas d’étude concret : l’application Moovizy, développée pour la Métropole de Saint-Etienne, aujourd’hui reconnue internationalement. Ce cas d’école permet d’appréhender les enjeux du big data, l’importance de partir de l’expérience du voyageur et réfléchir à comment l’améliorer en allant au-delà des silos administratifs, juridiques, techniques, géographiques, et d’usage. Un behind the scene punchy présentant les ficelles de cette application.

Débat - conclusion de la journée

 Comment construit-on une culture de mobilité ? Cette construction se fait dès l’enfance. Emmener ses enfants en voiture à l’école structure un schéma mobilitaire particulier, des valeurs et ne développe pas de compétences. L’espace public (comment je me déplace, je me repère, etc.) demande un apprentissage. Toutes les expériences mobilitaires comptent ! 

Stéphanie Vincent

 Demain, l’utilisateur ne va pas nécessairement chercher le A vers B le plus rapide. Pour le designer, c'est une source d’opportunité énorme : il peut vraiment penser la mobilité expérientielle. Comment va-t-on venir agréger à la multimodalité des partenaires culturels ou sociaux pour donner du sens au parcours. 

Laurent Bouzige

 Est-ce que le mouvement du Design Actif, qui consiste à aménager l'espace public pour faciliter l'activité physique et sportive des personnes, pourrait être encouragé par les applications au service de la mobilité ? 

Laetitia Wolff

 Créer du temps utile. Dans cette recherche d'optimisation du temps, avoir des moments à soi manquent beaucoup, il y a une carte à jouer. 

Julien Réau
Pour clôturer cette journée, les intervenants de l’après-midi se sont retrouvés et ont poursuivi les échanges, faisant des ponts entre leurs présentations et projets. La discussion débute par la question actuelle du Design Actif (encourager le mouvement des personnes en espace public) où Julien Réau évoque notamment le projet Lemon grenoblois redynamisant des parcours à pied et rendant visibles les offres de transports, les liens entre-elles. La question de l’apprentissage fait réagir : Réau souligne qu’à la différence de la conduite automobile, il faut réapprendre à utiliser les transports en commun dans chaque réseau, qui ont chacun leurs codes et modes de fonctionnement propres, et qu'utiliser ces transports demande 200 compétences ! Un des projets actuels de Transdev cherche à former des enfants à l’aide d’un dispositif en Réalité Virtuelle. L’accès aux nouvelles technologies, aux applications comme Moovizy (utilisé à 70 % par des personnes de -35 ans), soulève des questions sociales. Stéphanie Vincent poursuit sur l’importance de l’enfance en donnant l’exemple d’une personne qui avait dû utiliser le bus scolaire et dont l’expérience désagréable fait qu’elle est plus tard devenue utilisatrice exclusive de la voiture.

Bibliographie sélective
Références mentionnées durant la conférence
 
Voyage au cœur de la mobilité, de Thierry Mallet, president Transdev, Éditions Le Cherche Midi 2022
 
Conseils de Jens Martin    
Expand:Stretching the Future By Design (Penguin Random House, May 2022).
By Jens Martin Skibsted et Christian Bason
 
Conseils de Luca Ballarini
Cities in Evolution, Patrick Geddes
about https://www.cairn.info/revue-geneses-2005-3-page-76.htm
 
https://www.abebooks.fr/Cities-Evolution-Introduction-Town-Planning-Movement/30111548958/bd
 
Operating Manual of Spaceship Earth, Buckminster Fuller, 1969
PDF version of the book : https://designsciencelab.com/resources/OperatingManual_BF.pdf
 
Richard Neutra, Survival through design
https://designmanifestos.org/richard-neutra-survival-through-design/
 
Conseils de Stéphanie Vincent
Gabriel Dupuy La Dépendance à l’égard de l’automobile, 2006 https://journals.openedition.org/strates/6709
 
 

Fix, flux + flowLes nouveaux imaginaires de la mobilité
Conférence
Une autre approche de l’automobileChoisir l’essentiel : quand le design déconstruit l’objet emblématique de la mobilité
Idées

par Coline Vernay


⚠️
Votre navigateur est obsolète, l’affichage des contenus n’est pas garanti.
Veuillez effectuer une mise à jour.