Article

Il n’y a pas de foyer sans feu

Choisir l’essentiel : chantiers participatifs de construction de fours

par Coline Vernay

© Daniel Parnitzke

Alors que la saison des barbecues commence, des cuissons en plein air d’un autre genre sont proposées par des designers. Évoquant les traditionnels fours communaux qu’on trouvait autrefois au centre des villages, ils attisent de nouveaux foyers de sociabilité.

La forna : besoin de peu pour faire beaucoup

Un groupe d’étudiants de l’Esadse a monté différentes expérimentations autour de ce qui est considéré comme une base de notre alimentation : le pain. Un des invités lors des ateliers a été le designer allemand Daniel Parnitzke, jeune diplômé de la Design Academy d’Eindhoven, et son projet « Tools for finding Pleasure in Scarcity ». Il s’agissait de construire, collectivement, un petit four à bois : un rocket stove ou « poêle de masse rocket » en français. Ce cuiseur est facile à auto-produire, avec des matériaux de bases comme des canettes, boîtes de conserve, vieilles casseroles en fonte, et demande peu de combustible pour être efficace. Ainsi, cet instrument a séduit le jeune designer pour sa capacité à provoquer du plaisir (par la construction, le travail d’équipe, l’apprentissage, la cuisine et la dégustation collective qui s’en suit) en demandant très peu de ressources. C’est ce qu’il résume par la formule « tools for finding pleasure in scarcity » (que l’on peut traduire par « outils pour plaisirs frugaux »). Il a choisi cet objet simple et facile d’accès parce qu’il demande peu (des déchets, de la farine, de la levure, de l’eau, un peu de bois) pour produire beaucoup. Son travail prend pour base une méthodologie low-tech1 existante, qui, lorsqu’elle est intégrée à un chantier participatif, crée une situation facilitant et encourageant le travail collectif et l’échange. À chaque chantier, des possibilités nouvelles émergent, et l’objet s’adapte aux besoins sur place, se transformant par exemple ici en chauffe-eau pour une douche, là en crêpière… « Souvent, en design, le résultat prétend être le meilleur possible. Ce projet souligne qu’au contraire, différents contextes et donc différents besoins permettent l’émergence de possibilités », explique Daniel Parnitzke. Le four est perçu comme un puissant catalyseur, autour duquel le lien social se crée.

ÉCLAIRE : les amicales laïques expérimentent

La fabrication de fours communs, en terre crue, est en cours dans des amicales laïques stéphanoises. Pendant l’Avant Biennale, plusieurs chantiers participatifs sont organisés, gratuits et accessibles à tout âge. En juin, un premier atelier avec le maçon et formateur en terre crue Samuel Dugelay a permis la fabrication de briques en terre qui serviront de base pour la construction d’un four fixe et d’un four nomade. Ces événements s’intègrent à un projet plus large nommé Éclaire, expérimentation lancée en janvier 2020 dans 2 amicales : celle de Michelet et celle de Côte-Chaude. Olivier Morel, chargé de mission à la Ligue de l’enseignement 42 porte ce projet qu’il introduit ainsi : « les amicales laïques cherchent à repenser leurs lieux citoyens comme des espaces ressources pour les habitants, offrant la possibilité de faire ensemble, d’échanger des services et savoir, de développer le co-apprentissage… C’est aussi une démarche de co-design, un design participatif qui implique les habitants de la conception à la réalisation et aménagement des lieux. Dès le départ d’Éclaire, comme il s’agissait de réaménager les lieux avec les habitants, nous avons intégré un designer au projet. Le design est une manière de repenser les usages et les matérialiser à travers l’espace et le mobilier ». Éclaire est pensé sur le temps long : il commence par une phase d’étude (recensement des attentes des usagers avec Imhotep, association d’étudiants en école d’architecture), suivi d’une phase d’accompagnement design (avec le designer Jean-Sébastien Poncet), puis une phase de travaux (initiations au bricolage, chantiers participatifs…) Construction d’un poulailler, végétalisation des espaces extérieurs… Les idées sont vite concrétisées. « La convivialité, passer du temps ensemble et s’entraider, c’est ça l’essentiel du projet Éclaire » synthétise Olivier Morel.

Le prochain atelier participatif est prévu à l’Amicale de Tardy le 14 juillet 2021.
Page facebook ÉclaireSite du projet Éclaire


Les amicales laïques : évolution de structures emblématiques à Saint-Étienne

Pour mieux situer les amicales laïques, nous avons rencontré Olivier Morel, chargé de mission à la Ligue de l’enseignement de la Loire : « les amicales laïques existent peu ailleurs, cela est lié à l’Histoire du mouvement ouvrier, et avec ses mines Saint-Étienne était un bastion ouvrier. Originellement, ces structures étaient des lieux de rencontres et de loisirs, mais c’étaient aussi des lieux de savoirs, avec des cinémas, des bibliothèques… Elles permettaient aux ouvriers de se divertir, mais aussi de s’instruire. Même si Saint-Étienne a changé, la ville a toujours une grande vitalité associative, le tissu est dense. Au fil du temps, les amicales se sont maintenues avec des activités sportives, et certaines ont vraiment développé différents services sur le territoire, ce qui leur permet d’être reconnues institutionnellement comme des lieux de développement social. Mais il y a eu un vieillissement des publics. Les buvettes ont été progressivement fermées, car elles ne correspondaient plus à ce désir de mixité sociale et de rencontre que les amicales voulaient développer. L’enjeu a été de dire gardons les valeurs d’origine, mais modernisons les. Les amicales ont un patrimoine architectural, mais vieillissant. Il y a des locaux intéressants, mais qui ont besoin d’avoir des projets qui revalorisent leur architecture et leur design, notamment les extérieurs qui sont souvent laissés en friche. Avec Éclaire nous lançons une expérimentation sur deux amicales, puis ferons un bilan avec les financeurs et partenaires afin de voir comment on pourrait dupliquer la démarche. Dès le départ, le travail avec le designer intègre l’idée qu’il faut que tout, le mobilier notamment, soit duplicable. »
Les amicales laïques, structures historiques toujours bien implantées sur le territoire stéphanois, sont ainsi représentatives de « son histoire associative, socio-culturelle et militante ».​

par Coline Vernay

1La ou le low-tech ou « basse technologie » est un ensemble de techniques simples, pratiques, économiques et populaires. S’opposant au high-tech, elles peuvent faire appel à des solutions techniques tombées plus ou moins récemment en désuétude. [https://fr.wikipedia.org/low-tech]

⚠️
Votre navigateur est obsolète, l’affichage des contenus n’est pas garanti.
Veuillez effectuer une mise à jour.