Article | Magazine | Itinéraire bis

Quand le patrimoine bifurque

Itinéraire bis : expositions Vestiges industriels, dans l'œil du photographe et Saint-Étienne : Grammaire de formes, visions d'un patrimoine bâti en bifurcation au Puits Couriot / Parc-musée de la Mine

par Honorat Meas

Exposition Vestiges industriels, dans l'œil du photographe © Ville de Saint-Étienne - Pierre Grasset

Les expositions Saint-Étienne : Grammaire de formes et Vestiges industriels, dans l'œil du photographe jettent un œil sur des patrimoines bâtis qui recèlent leur propre histoire comme celles de leur ville et de leur époque. À découvrir jusqu’au 19 septembre 2021 au Puits Couriot / Parc-musée de la Mine.


Saint-Étienne : Grammaire de formes

Les travaux des artistes-photographes Éric Tabuchi, Jordi Ballesta et Guillaume Bonnel sont une observation du territoire stéphanois. Ils nous invitent à traverser ce paysage et noter les détails qui forment la spécificité de Saint-Étienne. L’exposition de ce travail, dans un lieu symbolique et hyper-patrimonialisé comme le Puits Couriot / Parc-musée de la Mine, naît de la volonté de faire se rencontrer « le temps de la ville » et « le temps du patrimoine ».


Vestiges industriels, dans l'œil du photographe

L’exposition Vestiges industriels, dans l'œil du photographe est répartie en trois espaces avec autant de visions du patrimoine industriel. Une première partie montre l’activité minière en 1982 dans un puits de la Ricamarie qui sera fermé l’année suivante. Un second espace traduit l’appropriation, par des photographes, d’anciennes usines devenues friches. Enfin, un dernier espace présente le regard des photographes amateurs, nombreux à se rendre sur le site du Puits Couriot / Parc-musée de la Mine pour prendre des clichés de ce lieu emblématique du patrimoine stéphanois. Se prendre en photo dans une friche industrielle, poster une vue du musée ou découvrir le couloir de l’Urbex (exploration urbaine) sont autant de manières d’approcher la photographie industrielle et ce qui fait patrimoine.


Les expositions Saint-Étienne : Grammaire de formes et Vestiges industriels, dans l'œil du photographe sont visibles jusqu’au 19 septembre 2021 au Puits Couriot / Parc-musée de la Mine – Ville de Saint-Étienne.
musee-mine.saint-etienne.fr

par Honorat Meas


La Biennale vue par... Anne-Marie Sargueil 

Anne-Marie Sargueil préside l’Institut Français du Design (IFD) depuis plus de 35 ans. Son regard, formé aux Sciences Humaines, s’est affûté au contact de designers et lors de collaborations variées (avec des institutions, l’industrie, la presse…). Investie et engagée pour un...


La Biennale vue par… Olivier Saguez

Olivier Saguez, fondateur de l'agence Saguez & Partners, connaît bien la Biennale. Rencontre après sa visite de la Biennale, pour recueillir ses impressions.


Une visite avec…Johan, médiateur à la Biennale, présente l’exposition Dépliages.

Voir une exposition, c’est bien. En parler, interroger collectivement ce que l’on a sous les yeux, c’est encore mieux. Nous avons rencontré Johan qui accompagne les visiteurs. Il nous raconte son expérience de la Biennale et présente son expo coup de cœur : Dépliages.


Faire école, c'est faire ensembleLes étudiantes et les étudiants, de l’Esadse et d’ailleurs, proposent résolument Le Monde, sinon rien

Face aux enjeux qui sont les nôtres aujourd’hui, pour permettre la cohabitation de tous les êtres vivants sur cette planète, les étudiantes et les étudiantes réagissent “par l’expérimentation, la fabrique, la solidarité”, nous dit Sophie Pène, co-commissaire de l’exposition...


Se mettre en mouvementBifurquer, c’est continuer à avancer… mais comment penser de nouvelles mobilités ?

Envisager, très concrètement, de nouvelles mobilités, c’est l’objet de la conférence Fix, flux + flow du 23 juin, liée à une programmation globale. Rencontre avec Laetitia Wolff, sa conceptrice.


⚠️
Votre navigateur est obsolète, l’affichage des contenus n’est pas garanti.
Veuillez effectuer une mise à jour.