Article

Révolution industrielle

1851–1914

Par Dufour Lisa

Michaël THONET - Chaise n°14 - 1859 - 1860
Hêtre massif courbé et assise cannée rotin - Inv. : 94.1.2 (1) © domaine public

Thonet. L’art et l’industrie, 1880-1900

L’Exposition universelle de Londres en 1851, ce grand projet d’Henry Cole de concilier les arts avec les sciences et l’industrie, marque un tournant dans l’histoire de l’ameublement, de ses formes et de sa conception. Cette alliance des arts et des techniques, Michael Thonet, maître ébéniste de son état, en a déjà saisi toute la portée lorsqu’il présente, sous la verrière du Crystal Palace, le fruit de vingt années de recherches sur le cintrage du bois : une technique qui devait lui permettre de répondre aux préceptes de modernisme pratique par la lisibilité structurelle et l'intelligence formelle de ses meubles. Cette rigueur de conception caractérise déjà ses premiers modèles, pour le palais Liechstenstein (1843-1846) notamment, inspirés des styles Biedermeier et deuxième rococo.

La renommée internationale qu’allait connaître la firme Thonet, sous la nouvelle raison sociale « Thonet frères », ne tient pas tant au perfectionnement de la technique du bois courbé qu’à l’orientation que Thonet, au milieu d’une époque historicisante, a su donner à sa production. C’est en s’affranchissant des contraintes de l'artisanat traditionnel et de l’esthétique passéiste des meubles de style que l’homme trouve matière à nourrir son ambition : produire industriellement des meubles compétitifs pour tout un chacun, et faire entrer l’objet de menuiserie dans les intérieurs les plus modestes.

La chaise N° 14, géniale par sa simplicité, incarne à maints égards les préoccupations à la fois structurelles et sociales de son concepteur. Composée de seulement six éléments assemblés entre eux au moyen de simples vis, cette chaise se prête tout à fait à une production industrielle standardisée : modularité, permutabilité, diversification des modèles, normalisation des emballages, facilité de transport, division du travail, rentabilité des coûts de production… Thonet pose ainsi les jalons d’une production de meubles à grande échelle. La chaise Thonet, dont la qualité formelle n’est plus jugée sur les critères du style, devient un produit de grande consommation adapté aux réalités d’une époque portée par le progrès.

Par Dufour Lisa


⚠️
Votre navigateur est obsolète, l’affichage des contenus n’est pas garanti.
Veuillez effectuer une mise à jour.