Communiqué de presse

Siddhant Malviya, lauréat de la 2e édition du Prix International Recherche Design Jacques Bonnaval

par Honorat Meas

Siddhant Malviya est un designer industriel indien qui a récemment terminé son cursus post master design produit en soutenant une thèse de recherche sur les biomatériaux en Mycélium.

Siddhant Malviya, Ingénieur, designer, artiste

Il aime créer des connexions qui permettent de travailler à la frontière des biotechnologies, du DIY (Do It Yourself), d’un design démocratique, d’un design aux intentions artistiques et politiques, et explorer les limites des savoirs humains. Une démarche qui découle de sa double formation d’ingénieur en biomécanique au IIT(Indian Institute of Technology) Delhiet de designer produit au NID (National Institute of Design de Ahmedabad),et de sa pratique artistique personnelle qu’il mène au gré de ses envies et des circonstances. Le jury de cette 2e édition, qui a départagé 21 dossiers, a apprécié la double démarche de biodesign et de design participatif,ainsi que les qualités sensibles produites par les images présentes dans le dossier de candidature de Siddhant Malviya,« Now, a performance of the biofuture ».

« Now, a performance of the biofuture », de Siddhant Malviya, propose une compilation de créations théâtrales ou cinématographiques qui simulent et interprètent un avenir possible après l’ère du plastique, après l’ère du changement climatique, et représentent une réalité imaginée à travers des actes démocratiques de design discursif. Pour mener à bien son projet, il encourage des groupes de personnes à apprendre le design discursif et à se livrer à cette pratique, à travers la création de leurs propres fictions et spéculations sur le design. Il souhaiteleur apprendre à appliquer les principes du biodesign, à travailler avec des biomatériaux pour créer des prototypes diégétiques, dans le but de créer une représentation théâtrale. Le but de cet acte performatif, qui consiste à vivre dans une fiction design et y apporter des objets conçus via un processus technologique pro primitif, est d’inciter à envisager une multiplicité d’avenirs possibles. Il s’agit de former des petits groupes de personnes afin qu’elles créent leurs propres produits en utilisant uniquement des biomatériaux, puis les utilisent comme prototypes pour un avenir qu’elles ont conçu pour elles-mêmes. Les groupes sont, par exemple, encouragés à utiliser des produits à base de mycélium comme accessoires et outils de narration. L’intention de cette recherche est de voir ce qu’il se passe lorsque le design devient une entité véritablement démocratique. On pose comme principe qu’en construisant ensemble des objets pour une réalité imaginée, puis en agissant sur cette réalité imaginée, les citoyens (nes) designers prennent conscience de leur rôle très actif dans la formation de leur propre monde.

Cap sur la Biennale Internationale Design Saint-Étienne 2022 via une résidence à Saint-Étienne

Ce prix, d’une valeur de 10 000 euros TTC, financé par la ville de Saint-Étienne, vise à soutenir un(e) chercheur(euse) dans la construction de sa recherche design, afin de développer un projet en résidence à Saint-Étienne, au cœur de la plateforme recherche de la Cité du design. Les récompenses dont bénéfice le lauréat :

• une résidence de 3 mois à la Cité du design avec accès à toutes les ressources (plateforme de la recherche, matériauthèque, ateliers de l’Esadse, médiathèque, etc.)

• la possibilité de mener une/des expérimentation/s sur le territoire stéphanois

• la possibilité de voir le travail de recherche exposé lors de la Biennale Internationale Design Saint-Étienne 2022

• une bourse de 5 000 € au titre des honoraires

• une bourse de 5 000 € destinée au prototypage du projet

Composition du jury du Prix Intenational Recherche Design Jacques Bonnaval

• Alexandra Midal, présidente du Jury, Chercheuse en design,historienne du design, commissaire d’exposition, professeur à l’HEAD de Genève

• Laurent Denize d’Estrées, fondateur et président de l’agence de communication d’influence 14 septembre

• Didier Faustino, artiste et architecte français

• Gean Moreno, conservateur des programmes à l’ICA Miami, où il a créé et dirige le Art + Research Center

• Gwenola Wagon, Enseignante-chercheuse et artiste

par Honorat Meas


⚠️
Votre navigateur est obsolète, l’affichage des contenus n’est pas garanti.
Veuillez effectuer une mise à jour.