Projet de recherche | Plateforme recherche | Deep Design Lab

Teasing New Weather TV: Post-producing Global Views

Vers des nouvelles représentation météorologiques de la vue globale

par Simone FehlingerDans le cadre du projet de recherche design New Weather TV réalisé au sein du Deep Design Lab à la Cité du design Saint-Étienne et en collaboration avec l’École urbaine de Lyon.

Par Simone Fehlinger

Vue de l’exposition Homo-Spatius, designers de l’espace, Cité du design en collaboration avec le Centre national d’études spatiales, 03.11.2021–30.01.2022 © Alexis Bertrand, ADAGP 2021 / © Seghir Zouaoui / Cité du design

Le design des images et des objets (et l’utilisation des objets) est toujours la traduction des pensées et des techniques. Les idéologies sociales et politiques deviennent des attitudes à travers des formes et des styles concrets et quotidiens – modélisant nos corps, nos paysages, nos relations. En 2014 et 2015, l’Organisation météorologique mondiale (OMM) a invité des présentateurs météo du monde entier à imaginer un « bulletin météo de l’année 2050 ». Il s’agissait alors de promouvoir la Conférence de Paris sur le changement climatique (COP 21), la Conférence de Sendai sur la réduction des risques de catastrophe, la Conférence de Lima sur le changement climatique (COP 20) et le Sommet des Nations unies sur le climat à New York. Ces artefacts média sont essentiellement identiques : La planète est présentée comme une vue satellite techno-esthétique (postphotographique) — en performant un regard qui place notre corps en dehors du monde. Le système Terre est compris comme un modèle informatique (de prévision météorologique) où les phénomènes naturels (comme la pression, la température, les précipitations, le vent, l’humidité) sont convertis en chiffres, en pictogrammes et en systèmes de couleurs codées — développant la fiction de notre environnement comme un objet externe, calculable et normalisé. La carte météorologique est l’équivalent d’une carte politique — attachée à l’État-nation même si les vents et les particules ne se soucient pas des frontières politiques. Au lieu d’expliquer les relations nature-culture complexes et interconnectées, la culture visuelle actuelle du changement climatique est en outre réduite à des images d’événements météorologiques extrêmes tels que les inondations, les vagues de chaleur, la fonte des glaciers et la sécheresse — mettant en scène le sublime spectacle de l’homme industriel. Cette vision (initialement européenne) du monde pénètre quotidiennement dans nos corps à travers du bulletin météorologique (mainstream).

Si la réalité est post-produite, cela signifie aussi que nous pouvons intervenir dans la réalité avec les techniques d’imagerie. La question n’est peut-être plus “qu’est-ce qui est représenté dans les images ?” ou “comment lisons-nous les images ?” – bien que ces questions restent absolument importantes. Mais en tant que créateurs, producteurs et coproducteurs d’images, d’autres questions se posent : quelles images voulons nous rendre réelles ?

Hito Steyerl

Quelles images voulons nous rendre réelles ?

Dès lors que la culture visuelle et matérielle contemporaine construit sa réalité sur les images, celle-ci peut être modifiée par le biais des techniques de post-production1. En partant de l’hypothèse que la Terre a été transformé en installation vidéo, en studio de télévision, en studio de design, New Weather TV appréhende la météo en tant que pratique d’écran qui incruste les idéologies modernes (et donc anthropocènes) dans nos réalités quotidiennes (occidentales) ― des vues globales, des visions « objectives » du monde, des frontières et des images sublimes de catastrophes. Lorsque les images représentent, médiatisent et créent des réalités, nous devons questionner nos images les plus courantes afin de dénaturaliser les normes modernes sans cesse reconduites. Si des designers comme Herbert Bayer ou Ray et Charles Eames ont contribué à réaliser un monde où les images et les sons omniprésents construisent nos subjectivités, nous devons réfléchir de manière critique à nos archives modernes — à propos de la façon dont les récits ont été inventés et à qui, à quoi et à quels outils de production d’images ils sont liés. Comment le chroma key compositing2  – déjà couramment appliquée aux données météorologiques – peut-elle suspendre, déconstruire les visions du monde et, par conséquent, reconfigurer nos relations avec nos environnements ? Quelle est la relation entre le phénomène physique (météo) et son image ? Quelle(s) pensée(s) et technique(s) doivent être éditées afin de former une nouvelle œuvre médiatique SLASH réalité ? Quel temps pour le futur ?

Post-produire la vue globale...

Profondément ancrée dans l’histoire moderne, la fiction de la vision globale – inventée et continuellement actualisée par les Européens depuis le 15e siècle – compose avec le design du globe, un modèle (manipulable) à petite échelle de notre planète. Objet d’art SLASH objet de design, iconographie du pouvoir et démonstration de connaissances scientifiques, Google Earth est peut-être sa dernière mise à jour. Basé sur une grille géométrique (inventée par Gérard Mercator en 1569), le globe terrestre 3D actualise un point de vue qui place notre corps à l’extérieur du monde et met en scène – une fois de plus – une espèce humaine en tant qu’être divin capable de zoomer et de dézoomer dans le monde. Initiée pendant la guerre froide, notre version actuelle de la vue globale est en outre directement liée à une collaboration entreprise – État – recherche – militaire qui stimule l’observation et la modélisation météorologiques via des technologies satellitaires et informatiques.

Questionnant les liens entre la science et la fiction qui conditionnent l’exploration spatiale et les imaginaires contemporains, Teasing New Weather Tv: Post-Producing Global Views montre la vue depuis l’extérieur comme un objet de design (politique) qui structure (via des techniques d’imagerie) la perception de (et la relation avec) notre planète. Mais au-delà de la mise en espace de la critique (académique) abondante liée à cette perspective depuis l’espace, l’installation vidéo matérialise une recherche design en cours qui vise à prototyper des nouvelles représentations (météorologiques) de la vue globale. Cette recherche a commencé avec un premier travail de terrain mené au sein du CMS Météo-France. Le Centre de Météorologie Spatiale (basé à Lannion) acquiert, traite, distribue et archive les données de multiples satellites produisant une observation météorologique globale et permanente – une vue composée de nombreuses images et calques.

Quelles images voulons-nous rendre réelles afin de performer des attitudes post-anthropocentriques ? Peut-on redéfinir la perspective globale iconique ― en nous basant sur la réalité des images composites matérialisant des images partielles et situées liées à d’autres images partielles et situées (capturées par des satellites et des sondes météorologiques) ? 

Stay tuned...


Part 1/5 (Introduction): Post-producing realities

Part 2/5: The global view as (modern) artifact

Part 3/5: There is no outside

Part 4/5: The science and the fiction of the global view

Part 5/5: We are all astronauts


Un rapport (visuel) suite à l'observation au Centre de météorologie spatiale Météo-France 


Bibliographie
Bottici, C. (2014). Imaginal Politics: Images Beyond Imagination and the Imaginary. Columbia University Press. doi:10.7312/bott15778.
Daston, L., & Galison, P. (2007). Objectivité. Les presses du réel.
Descola, P. (Ed.). (2010). La Fabrique des images : Visions du monde et formes de la représentation. Somogy.
Diederichsen, D. & Franke, A. (Eds.). (2013). The Whole Earth. California and the disappearance of the outside. Sternberg Press, Haus der Kulturen der Welt.
Edwards, P. N. (2010). A Vast Machine: Computer Models, Climate Data, and the Politics of Global Warming. MIT Press.
Fressoz, J.-B. (2016). L’anthropocène et l’esthétique du sublime. In J.-B. Fressoz, H. Guenin, H. Meisel, S. Paul, & O. Schefer, Sublime. Les tremblements du monde (Exhibition catalogue). Centre Pompidou-Metz.
Grevsmühl, S. V. (2014). La Terre vue d'en haut. L'invention de l'environnement global. Éditions du Seuil.
Latour, B., & Leclercq, C. (Eds.). (2016). Reset Modernity! MIT Press.
Steyerl, H. (2013). The Photographic Universe: Photography and Political Agency? (Conference at the New School). Retrieved from The Photographic Universe, Victoria Hattam and Hito Steyerl

par Simone FehlingerDans le cadre du projet de recherche design New Weather TV réalisé au sein du Deep Design Lab à la Cité du design Saint-Étienne et en collaboration avec l’École urbaine de Lyon.

Par Simone Fehlinger

1La post production est une étape de la production audiovisuelle où des séquences préenregistrées d'images, de sons et d'effets spéciaux sont sélectionnées et assemblées pour former une nouvelle œuvre médiatique.
2L’incrustation ou chroma key compositing est une technique audio-visuelle de composition d’images. Pour la réalisation des bulletins météo, le présentateur ou la présentatrice est placé devant un écran bleu ou vert. Des informations (cartes, visualisations de données, simulations, images d’archives ou vidéos) sont virtuellement ajoutées sur celui-ci.

Open DDLCycle de rencontres 2022

Cycle de rencontres proposé par les designer-chercheurs du Deep Design Lab, Plateforme de recherche Cité du design-Esadse, Saint-Étienne, en collaboration avec l'Ecole urbaine de Lyon.


20.01.2022
Open DDL #1Objectivité(s) relationnelle(s) – La vue globale comme image composite

Demi-journée d’étude proposée par Simone Fehlinger, avec la participation de Sylvain Le Moal, Jean-Baptiste Hernandez et Alexandre Quoi, dans le cadre du cycle de rencontres Open DDL, proposé par les designers-chercheurs du Deep Design Lab, plateforme de recherche Cité du...


États d’Alerte : appel à contributionResponsabilité sociale et bouleversements écologiques – journée d'étude interdisciplinaire en lettres, arts et arts appliqués, jeune recherche et jeune création
Date limite 25.02.2022

Appel à contribution pour une journée interdisciplinaire en lettres, arts et arts appliqués, jeune recherche et jeune création


Ferme des renouéesDate limite 6.12.2021

Le dispositif expérimental Ferme des renouées ouvre ses portes à des chercheurs, étudiants, créateurs qui souhaiteraient mener des actions ou des études spécifiques complémentaires du projet du designer Jean-Sébastien Poncet.


24.10.202127.02.2022
Exposition Cosmos, Centre d’innovation et de design au Grand-HornuAvec la participation de Simone Fehlinger (Deep Design Lab), Teasing New Weather TV: Post-producing Global Views

Simone Fehlinger, responsable du Deep Design Lab participe à l’exposition Cosmos - Design d'ici et au-delà au Centre d’innovation et de design au Grand-Hornu. Elle présente l’installation vidéo Teasing New Weather TV: Post-producing Global Views. New Weather TV est un projet de..


⚠️
Votre navigateur est obsolète, l’affichage des contenus n’est pas garanti.
Veuillez effectuer une mise à jour.