DNSEP Design

Théo Kasperowicz

Les rituels du seuil

Le seuil est le premier lieu que l'on voit de l'habitat d'une personne. À la fois traversé quotidiennement, mais peu considéré plus profondément, il occupe une place particulière dans notre imaginaire. Il y existe une certaine ambiguïté, un espace entre intérieur et extérieur, entre cloisonnement et accueil. La porte mais aussi certains dispositifs environnants (heurtoir, paillasson etc..) caractérisent par leur usage mais aussi par leur symbolique l'identité de ce lieu. Les interactions créées par ces éléments ont été au centre de mes recherches, donnant des scénarios porteurs de sens à cette frontière. En s'inspirant des paillassons tressés, j'ai ici voulu faire dialoguer la corde et le métal, en créant des zones de pleins et de vides sur une plaque de métal perforée. La porte est un objet de contradiction. C'est un élément de séparation, à la frontière du visible et du dissimulé. Cette recherche se base sur une porte à l'intérieur d'une maison, pouvant à la fois marquer une séparation et une ouverture. Au centre de la porte, les verticales se rejoignent et obstruent l'espace visible.


⚠️
Votre navigateur est obsolète, l’affichage des contenus n’est pas garanti.
Veuillez effectuer une mise à jour.