DNSEP Design Objet

Alice Koté

Archipels des Pères

«J’habite là avec cette vue magnifique tous les jours. Redynamiser ce quartier oui, mais pas trop quand même, on aime bien son calme. C’est vrai qu’il y a quand même du passage, mais généralement ce n’est pas trop pour traîner, c’est une bonne idée de vouloir installer du mobilier urbain, il y en a peu ici, et l’été il y a tout de même quelques personnes qui se pause, des amoureux parfois, des bandes de copains, l’autrefois des jeunes sont venus fumer la chicha, ils aiment bien, c’est calme ici. »
Témoignage d’un Stéphanois anonyme. 

Comment aujourd’hui, en tant que designer pouvons-nous redynamiser des lieux laissés pourcompte et ayant pourtant un fort potentiel ?

Archipels des Pères est un projet d’aménagement qui s’inscrit dans l’espace public stéphanois, ayant eu l’opportunité de naître autour d’un dialogue avec des chargés de projets urbains pour la ville de Saint-Étienne. Il se confronte à des enjeux contemporains réels. Grâce à un système d’analyse du réel et d’une recherche située que j’ai mis en place sur le secteur de la colline des pères, je souhaite fluidifier, harmoniser, reconnecter et mettre en lumière des espaces publics peu exploités et peu hospitaliers ayant pourtant un fort potentiel. 

La recherche in situ pour s’immerger et capter l’atmosphère du lieu a été une partie très importante dans l’aboutissement de ce projet, notamment pour le vocabulaire formel qui m’a guidée dans la création d’une gamme de mobilier urbain, reflétant l’identité de 4 lieux d’implantation du projet. En parallèle, cela a permis d’analyser et comprendre les différents potentiels et contraintes de ces espaces. 

Ces archipels dégagent une force graphique importante utilisant le vocabulaire formel du végétal et de la lumière de la colline des pères, ainsi qu’une gamme de couleurs proches des tonalités du milieu urbain permettant à ces objets de vivre en symbiose et de fusionner avec leurs différents environnements, où les usages varient. Cependant, un choix graphique pour faire ressortir les tranches de l’objet a été fait ; les lignes principales de l’objet se démarquent et renforcent l’idée d’objet signal. Outre leurs fonctions première de mobilier, ces objets servent de guide et d’indications à l’usager sur un parcours paysager. C’est un travail sur la connectivité de ces différents lieux via le mobilier urbain. Je souhaite donner un nouveau regard à la communauté citadine stéphanoise en les invitant à flâner dans un espace peu côtoyé par ces derniers, tout en conservant cet esprit calme et apaisant pour ne pas troubler les habitants de cette colline, qui tiennent à conserver toutes ces qualités. 

Je souhaite permettre de ne plus voir l’ascension de cette colline comme une contrainte, mais comme un défi, ou tout simplement une promenade agréable et ainsi proposer un esprit, rendre possible la lenteur, la flânerie urbaine.


⚠️
Votre navigateur est obsolète, l’affichage des contenus n’est pas garanti.
Veuillez effectuer une mise à jour.