DNSEP Design Média

Valentin Aubert

Industrial Reminiscence I / Archéologue industriel

Mon travail de DNSEP s'est orienté sur la mémoire, le souvenir et la retranscription.  
Comment non plus simuler le réel, mais le capturer en restituant dans un environnement 3D ? Comment retracer l'histoire d'un site abandonné, difficile d'accès, vouer à être détruit ? C'est lors d'une session d'exploration urbaine (urbex) que j'ai jeté mon dévolue sur une usine sidérurgique désaffecté, « Ascométal ». La nature reprenant ses droits sur cette période industrielle. Comment restituer la mémoire, l'histoire de ce site ouvrier ? Deux travaux se sont alors mis en place, le premier est la récolte de scans par des sessions urbex numérisation. À l'aide d'outils numérique tels que des Kinects, des scanners Lidar ou par le biais de la photogrammétrie, la capture du site a alors commencé.     

La deuxième phase de travail a été une recherche documentaire et d'archivage afin de retracer l'histoire de l'usine et de comprendre quel était ces productions sidérurgiques. Mon intention a été de faire « parler ruines » à travers l'Histoire de cette usine en y cherchant les traces et documents qui témoigne de son passé.     

Ce travail plastique a pris la forme d'une expérience virtuelle immersive à l'aide d'un casque de réalité virtuelle. Mon choix a été de placer l'utilisateur lors de ma première rencontre avec l'usine, l'ambiance y est sombre et ma seule compagne une lampe torche. L'utilisateur déambule dans un univers fragmenté reconstitué partiellement grâce aux scans 3D récolter sur site, l'expérience est contemplative. Industrial Reminiscence I est le commencement d'un protocole visant à restituer des espaces inaccessible, dangereux ou encore interdit tout en les réinterprétant dans une certaine narration fictionnelle.

Photos © Sandrine Binoux


⚠️
Votre navigateur est obsolète, l’affichage des contenus n’est pas garanti.
Veuillez effectuer une mise à jour.