DNSEP Média

Lina Dimachklie

Lassée du sexisme dont font preuve les joueurs sur les serveurs de jeux type MMORPG, j'ai commencé une réflexion dans le but de construire un open world (monde ouvert) féministe et égalitaire. 

En tant que joueuse qui fréquente régulièrement ces environnements virtuels, ma réflexion et mon engagement sont basés sur un état des lieux des problématiques propres aux environnements en ligne multijoueurs. 

À l'aube d'un métavers global et cohérent, nous sommes obligés de nous questionner sur les pratiques en ligne multijoueurs existantes et d'imaginer les bonnes pratiques pour un métavers respectueux de tou·tes. 

Nous sommes déjà nombreux·ses dans le métavers et la limite entre nous et notre avatar se réduit de plus en plus. Il faut accepter que la dichotomie entre physique (réel) et virtuel (faux) est dépassée. Dans les espaces de jeu, les individus jouent leur identité selon les mêmes relations sociales que dans une salle de classe, au travail ou dans la rue, avec moins d'inhibitions - car iels ne sont pas bloqué·es par la responsabilité IRL (in real life) -. 

Les inégalités de genre, le sexisme et les discriminations caractérisent encore les domaines dans lesquels les environnements virtuels multijoueurs sont conçus, développés et soumis à une législation. Les femmes, quant à elles, représentent seulement 22% des effectifs des studios de jeu vidéo en France. C'est trop peu. 

Ces environnements virtuels sont porteurs de risques graves. Ils sont propices aux déséquilibres, aux mauvais traitements, au sexisme, à l'exploitation et l'oppression des minorités. Il est urgent de mettre en place des institutions technos-politiques sensibles à ces risques. Le métavers et les open worlds doivent se construire à travers une pensée politique et théorique collective au sein de laquelle, les femmes et celleux qui ne se conforment pas aux normes de genre joueront un rôle sans précédent. 

Le Collectif Samus Aran se déploie comme une stratégie d'autodéfense numérique.
Les outils numériques n'ont jamais été aussi largement distribués et aussi facilement appropriables. Nous appelons les féministes à s'emparer de ces outils numériques afin de concevoir des plateformes d'émancipation et d'organisation sociale égalitaires et différentes. Nous voulons bricoler, hacker ces espaces virtuels afin d'élargir notre marge de liberté. 

Nous savons que les problèmes auxquels nous sommes confronté·es sont systémiques et imbriqués. Notre unique chance de réussir à les combattre est de nous implanter, directement, au sein de ces espaces technologiques. Nous voulons concevoir de nouveaux espaces virtuels et les investir avec une multitude de compétences afin de lutter contre les industriels (Meta, Roblox, Tik Tok, etc.) qui nous oppriment, nous instrumentalisent et ne nous représentent pas. De telles injustices ne peuvent être corrigées que d'un point de vue structurel et idéologique. 

L'objectif n'est pas d'être dans un entre-soi fantasmatique sans aucune violence, où tout est interdit, mais de construire et de créer des territoires virtuels depuis lesquels politiser et mener la lutte. Nous devons nous extraire de certaines idéologies numériques qui détournent et exploitent ces espaces à des fins financières et poussent les utilisateur·ices à la consommation. 

Nous souhaitons rompre avec les croyances conservatrices, misogynes et sexistes concernant le rôle des femmes dans les espaces en ligne multijoueurs, déployer des outils et stratégies pour permettre aux femmes et minorités de reprendre le pouvoir et d'accéder sur un pied d'égalité avec les autres utilisateur·ices au potentiel social de ces espaces (opens worlds et métavers). Il semble urgent de redéfinir ce que sont ces espaces et quels droits juridiques sont applicables aux avatars. Nous sommes en train de nous constituer une autre identité humaine beaucoup plus hybride. Comment allons-nous habiter ce nouveau monde (le métavers) ? 

Ce qu'on vit dans le virtuel, est-ce réel ? Comment construire une communauté égalitaire et féministe au sein de ces nouveaux espaces sociaux en ligne ? 

À consulter : https://linadimachkie.com. Il s'agit de la future charte d'un environnement virtuel multijoueur. Cette page sera complétée et enrichie dans le futur avec le reste de mes productions (base de données, podcasts audio, serveur du collectif Samus Aran, etc.). 

LinkedIn

Photos © Sandrine Binoux



⚠️
Votre navigateur est obsolète, l’affichage des contenus n’est pas garanti.
Veuillez effectuer une mise à jour.