DNSEP Design mention ACDC_espaces

Agathe Herry

Chambres d’Echo

Cette proposition déploie dans l'espace plusieurs dispositifs audiovisuels et performatifs qui opèrent des dynamiques bouclées. 
De par l'utilisation de technologies dites « obsolètes » ou « low-fi », des systèmes de rétroaction ou d'amplification (larsens) convoquent ces médiums afin de leur permettre de créer leur propre matière (« bruit » lumineux et sonore) tout en jouant avec l'aléatoire du moment présent.    

Une télévision cathodique passe en boucle des tourbillons de neige climatique, tandis que des magnétophones enregistrent en direct et diffusent en différé les sons ambiants. La bande magnétique se désagrège lentement par frottement contre les têtes de lecture et connaît dans le même temps un effet d'overdub qui la révèle telle un palimpseste sonore, finissant par condenser en un son uni la somme des tonalités enregistrées. Au même moment, dans la salle de régie, un performer module un larsen vidéo crée par une boucle de rétroaction connectant ensemble caméra et vidéoprojecteur. Le « bruit » visuel obtenu crée des nappes colorées et mouvantes qui sont re-captées et projetées sur le sol de la salle de prise de vue. Des objets aux propriétés réfléchissantes sont placés par une performeuse dans ce signal afin de diffracter la projection sur les murs alentour. Pendant le temps de cette activation, les deux performers sont connectés à distance par téléphone, ce qui leur permet de maintenir une connexion sensible au sein du processus de transformation de cette source lumineuse. 

Métamorphose permanente d'une matière créée par le « bug » des machines et sculptée par le corps humain, cette proposition est une invitation à la contemplation onirique et sensible.  

Photos © Sandrine Binoux


⚠️
Votre navigateur est obsolète, l’affichage des contenus n’est pas garanti.
Veuillez effectuer une mise à jour.