Article | Magazine | Produire autrement

Des manuels pour devenir politiquement créatifs

Livres à partager : comment réinventer le rapport des humains aux non-humains, du vivant au non-vivant ?

par Helene Fromen

Couvertures des livres Vercors, Vie sauvage et Soleil, eau, vent : vers l’autonomie énergétique © éditions 369

Les éditions 369 publient deux nouveaux manuels qui traitent de façon pragmatique de la transition écologique et énergétique. L’occasion pour nous de mettre en lumière leur approche éditoriale engagée et antidogmatique.

Fondées en 2018 par Clémence Seurat, Fanette Mellier et Jérôme Delormas, les éditions 369 s’emparent de questions politiques et écologiques, d’enjeux sociaux et sociétaux larges toujours à travers des expériences d’organisation collectives menées sur des « terrains » particuliers.

Aujourd’hui, la sortie conjointe en librairie des deux manuels, Vercors, vie sauvage et Soleil, eau, vent : vers l’autonomie énergétique illustre très bien l’approche antidogmatique des éditions 369. 

L’un, Vercors, vie sauvage, relate la création d’une réserve sauvage, une expérimentation plutôt radicale. La réserve de 500 hectares met en œuvre la propriété privée comme un levier d'action et un outil de protection (le terrain a été acheté par l'association aspas avec du co-financement participatif)1. Aucune intervention humaine extractive n’y est plus autorisée. C’est une invitation à la promenade contemplative qui ne laisse pas de trace. Ce laboratoire à ciel ouvert d’une nature en libre évolution face au dérèglement climatique permet aussi le recensement de la faune, la flore et son évolution. Pourtant, cette réserve a provoqué des réactions vives : l’auteure Sarah Petibon enquête et donne la parole à l’ensemble des acteurs locaux.

L’autre manuel, Soleil, eau, vent : vers l’autonomie énergétique documente la création d’une société d’économie mixte de production d’énergie renouvelable, fruit d’un pragmatisme plus consensuel. 
La journaliste Delphine Bauer y décrit comment une société d’économie mixte de production d’énergie renouvelable photovoltaïque a vu le jour dans le pays du grand Briançonnais. L’objectif de la communauté locale engagée dans ce projet est de produire une énergie locale, publique, citoyenne et responsable.

Deux expériences documentées, racontées et illustrées (par Louise Drulhe) pour être sources d’inspiration. Les manuels comprennent une partie « pratique » qui liste associations, initiatives, livres ou vidéos pour aller plus loin et faciliter le « passage à l’acte ».

La Cité du design a co-édité avec les éditions 369 deux précédents manuels. Au-delà de la problématique de la transition écologique, ils sont reliés par leur rapport au territoire et enrichissent encore notre approche de la future Biennale 2022 et les possibles bifurcations.

Chichiliane, le loup, l’eau et les communs 

Par son expérience nuancée, humble mais déterminée, la commune de Chichilianne, dans le Trièves, montre qu’il faut parfois, pour prendre des décisions politiques efficaces et pragmatiques, risquer de désobéir et de montrer une voie divergente. À travers deux problèmes, la réapparition du loup et la gestion de l’eau, Chichilianne ouvre une brèche dans la manière d’agencer un territoire et rappelle qu’habiter peut-être un acte de résistance aux logiques technocratiques.

L’Atelier paysan 
Dès ses débuts, l’Atelier paysan s’est inscrit dans le courant de la « souveraineté technologique » qui promeut l’autonomie vis-à-vis de la technique, en matière de logiciels, d’ordinateurs ou de machines. Réunissant agriculteurs et ingénieurs, l’Atelier paysan accompagne les producteurs à mettre en place des solutions libres et sur mesure tout en recréant une communauté de liens, d’échanges et de pratiques.


ÉditionL’Atelier paysanTexte de Sarah Petitbon. Dessins de Louise Drulhe.

ÉditionChichilianne : le loup, l’eau et les communsTexte de Cécile Fauvel et Franck Leard. Dessins de Julie Brugier

par Helene Fromen

1Comme le propose le philosophe Baptiste Morizot dans sa tribune au Monde

InspireUn séminaire dédié à la recherche-design, réunissant pour la première fois à la Biennale le milieu académique et le monde de l’entreprise.

La Biennale réunit depuis deux décennies (en présentiel et parfois par écrans interposés) entreprises, chercheurs, artistes, institutionnels… Hubspot hybride du design, elle provoque volontairement les rencontres pour stimuler la circulation des idées. Conscient du pouvoir de...


Recherche en dialogue Le philosophe Didier Debaise échange avec Simone Fehlinger, designer-chercheuse à la Cité du design.

Philosophie, anthropologie, biologie, sociologie… la recherche design se nourrit de la transdisciplinarité. À quoi ressemble une conversation entre des chercheurs de mondes différents ? Sans avoir en commun les mêmes connaissances théoriques, est-il possible de se comprendre,...


La Biennale vue par... Christophe Chaptal de Design fax

Nous avons suivi le directeur de Design fax lors de sa visite de la Biennale


Awazé CaféNouvel espace éphémère qui pimente la vie stéphanoise

Le Flore réouvre ses portes avec le collectif Vert Boucan : Danser sous la coupole, chiller dans l’herbe au soleil, déguster de bons petits plats... les occasions ne manqueront pas de découvrir ce lieu : ne les ratez pas !


Qu’est-ce qu’on mange à la Biennale, en mai-juin ?

Si la biennale cherche avant tout à nourrir les esprits et alimenter les réflexions, c’est toujours mieux le ventre plein. Pour pimenter votre agenda, les occasions de se régaler se succèdent tout au long de la biennale. Comme accompagnement aux habituelles questions « où...


⚠️
Votre navigateur est obsolète, l’affichage des contenus n’est pas garanti.
Veuillez effectuer une mise à jour.