Article | Magazine | Cohabiter

Designer à la manière du vivant

Choisir l’essentiel : le biomimétisme illustré par quelques exemples

par Helene Fromen

La matériauthèque de la Cité du design en collaboration avec le Ceebios, l’agence Big Bang Project et Centrale Lyon ENISE, prépare pour la Biennale Internationale Design Saint-Étienne 2022 l’exposition Du sensoriel au biomimétisme, un autre regard sur un avenir plus sensible et durable.

Avec ses 4 milliards d’années d’expérience, le vivant a tellement à nous apprendre ! Il s’agit de se mettre à l’écoute de nos perceptions et de notre sensibilité, observer les façons de faire de la nature et s’en inspirer pour développer des méthodologies et des matériaux nouveaux. Cette démarche, baptisée biomimétisme, est illustrée ici par quelques exemples emblématiques.

Du bec du martin-pêcheur au Shinkansen

Comment éviter que le train ne produise un bruit de tonnerre à chaque fois qu’il entre dans le tunnel ? S’inspirer du bec du matin-pêcheur a permis de rendre le train à grande vitesse japonais plus aérodynamique et donc plus silencieux.

Martin-pêcheur commun sur une branche au Japon © Alpsdake 2013 CC-BY-SA-3.0 / Un Shinkansen attendant ses passagers à Tokyo, © BradBeattie 2006 CC-BY-SA-3.0

De la carapace d’un fruit à celle d’un bâtiment

À Singapour, l’Esplanade Theater possède une toiture bien particulière. En effet, elle est composée de panneaux d’aluminium, formant une carapace qui filtre la lumière naturelle et change de position en fonction de la position du soleil. Cette architecture directement inspirée de la peau d’un fruit, le durian, permet d’économiser 30 % d’énergie.

Durian, Malaisie © Kalai 2011 CC-BY-SA-3.0 / Théâtre de l’Esplanade, Singapour © Basile Morin 2018 CC BY-SA 4.0

De l’aile des cigognes à celles des avions

Le dispositif baptisé winglet à l’extrémité des ailes des avions a été imaginé par l’institut de bionique de Berlin après avoir observé l’élasticité de l’aile de la cigogne. En affaiblissant le tourbillon qui se forme à cet endroit, cela diminue la résistance de l’air.

Cigogne blanche à Madrid, Espagne © Carlos Delgado 2013 CC-BY-SA / Winglet d’un Boeing 757, Continental Airlines © Hecki 2007 public domain

Isoler façon termitière

Construit en 1996 à Harare (Zimbabwe), l’Eastgate Building s’inspire de la régulation thermique des termitières pour maintenir une température stable. Les résultats sont remarquables avec une économie de 35 % sur la climatisation par rapport à un immeuble classique.

Bâtiments de termites dans le parc national de Litchfield, dans le Territoire du Nord de l'Australie © W. Bulach 2007 CC-BY-SA-4.0 / Eastgate Centre, Harare, Zimbabwe (au premier plan, le bâtiment surmonté d’un grand nombre de cheminées) © David Brazier 2008 CC-BY-SA-3.0

Glisser dans la peau d’un requin

L’analyse au microscope de la peau de requin a révélé des rainures qui, en provoquant des micros tourbillons autour de l’animal (connu sous le nom d’effet riblet), réduisent la résistance de l’eau. Cette étude a d’abord débouché sur la fabrication de combinaisons de natation avant d’inspirer les ingénieurs d’Airbus pour réduire la résistance à l’air des avions de type A320.

Peau de requin © Noémie-Gautier-Adrien-Quentin 2017 CC-BY-SA-4.0

Une caméra aux yeux de crevette-mante

Les yeux de la crevette-mante disposent de 16 cônes pour reconnaître les couleurs (contre 3 chez l’homme et 2 chez le chien). Ils ont inspiré la conception d’une caméra médicale pour détecter les cellules cancéreuses durant une biopsie.

Une crevette-mante paon (Odontodactylus scyllarus) à la Réunion © Thierry Peres 2011 CC-BY-SA-3.0

Faire la moule...

Le byssus, cet ensemble de fibres sécrétées par les moules pour s’accrocher aux rochers, n’a pas d’équivalent dans le monde. Leurs propriétés sont étonnantes : cinq fois plus résistants et seize fois plus extensibles qu’un tendon humain.

Image au microscope optique de fibres de byssus © Weserwasser 2013 CC-BY-SA-3.0

Le biomimétisme expliquéLivres à partager et publications à télécharger

par Helene Fromen


La Biennale vue par... Anne-Marie Sargueil 

Anne-Marie Sargueil préside l’Institut Français du Design (IFD) depuis plus de 35 ans. Son regard, formé aux Sciences Humaines, s’est affûté au contact de designers et lors de collaborations variées (avec des institutions, l’industrie, la presse…). Investie et engagée pour un...


La Biennale vue par… Olivier Saguez

Olivier Saguez, fondateur de l'agence Saguez & Partners, connaît bien la Biennale. Rencontre après sa visite de la Biennale, pour recueillir ses impressions.


Une visite avec...Amélie, médiatrice, présente Maison Soustraire

À quoi ressemble la Biennale vue de l'intérieur ? Nous avons interrogé la médiatrice Amélie, pour en savoir plus sur son quotidien, ses ressentis, et les réactions qu'elle observe dans le public.


Une visite avec…Johan, médiateur à la Biennale, présente l’exposition Dépliages.

Voir une exposition, c’est bien. En parler, interroger collectivement ce que l’on a sous les yeux, c’est encore mieux. Nous avons rencontré Johan qui accompagne les visiteurs. Il nous raconte son expérience de la Biennale et présente son expo coup de cœur : Dépliages.


Se mettre en mouvementBifurquer, c’est continuer à avancer… mais comment penser de nouvelles mobilités ?

Envisager, très concrètement, de nouvelles mobilités, c’est l’objet de la conférence Fix, flux + flow du 23 juin, liée à une programmation globale. Rencontre avec Laetitia Wolff, sa conceptrice.


⚠️
Votre navigateur est obsolète, l’affichage des contenus n’est pas garanti.
Veuillez effectuer une mise à jour.