02.10.2020 ⁄ 10:0013:00
Table ronde

La critique, quelle diffusion aujourd’hui ?

La critique, quelle diffusion aujourd’hui ?

Text by Sandra JacquierLieu
Musée d’art moderne et contemporain de Saint-Étienne Métropole

Table ronde avec Loïc Bénetière,  André Rouillé, Catherine Millet, Aurélie Voltz et Elisabeth Couturier (modération) organisée par l’unité de recherche Design et création de l’Esadse et soutenue par le ministère de la Culture en partenariat scientifique avec les Archives de la critique d’art et artpress

Inscription gratuite mais obligatoire

Quelle diffusion pour la critique d’art aujourd’hui ?
L’exercice de la critique est indissociable des espaces et des supports où elle s’exerce. Certaines revues sont étroitement liées à des approches spécifiques de la critique comme Artforum dans les années soixante. Des galeries ont pu proposer des supports qui ont donné lieu à des formats spécifiques d’écriture, favoriser le rapprochement entre art et littérature tel que Derrière le miroir, édité par la Galerie Maeght. Ainsi, les supports de la critique sont bien sûr une condition de son existence matérielle mais déterminent aussi ses formes. L’écriture critique, dans ses formats, ses objets, ses registres dépend pleinement de ses modes d’édition mais aussi des commandes qui la permettent. Nous aborderons ces questions à travers des acteurs de la diffusion de la critique aujourd’hui.

Librairie du palais de Tokyo

Participants

Loïc Bénetière, galeriste, est né le 27 août 1981 à Saint-Etienne (Loire). Il est le fondateur et associé de la galerie Ceysson & Bénétière. Présente en France, Suisse, Luxembourg, États-Unis, la galerie Ceysson & Bénétière est spécialisée dans la défenses d'artistes contemporains ( Bernar Venet, Franck Chalendard, mounir fatmi, Orlan), et principalement des artistes du mouvement Supports/Surfaces (Claude Viallat, Noël Dolla, Patrick Saytour). La galerie développe également un important travail d’édition d’ouvrages et de documentations via les éditions Ceysson et Fabelio. La galerie ouvrira en 2021 un espace supplémentaire de 1000 m2 à Saint-Étienne, dédié à la défense des artistes.

Catherine Millet, écrivain et critique d’art, directrice de la rédaction d’artpress, revue à la fondation de laquelle elle a participé en 1972. Elle est l’auteur d’ouvrages sur l’art contemporain, parmi lesquels Yves Klein (éd. art press/Flammarion, 1982), L’Art contemporain en France (éd. Flammarion, 1987, nouvelle édition mise à jour, 1994 puis 2005, 2015), L’art contemporain, histoire et géographie (éd. Flammarion 1997, nouvelle édition augmentée, Champs Flammarion, 2006), Dalí et moi (Gallimard, 2005), Le Corps exposé (Cécile Defaut, 2011). En tant que commissaire d’expositions, elle, a entre autres, réalisé : Baroque 81 (Musée d'Art moderne de la Ville de Paris, 1981), Douze artistes français dans l'espace (Tokyo, Séoul, 1985). Elle a également été commissaire de la section française de la Biennale de São Paulo en 1989, qui a reçu le Grand Prix du meilleur pavillon, et commissaire du Pavillon français pour la Biennale de Venise 1995. En 2001, elle a publié aux éditions du Seuil : La vie sexuelle de Catherine M., ouvrage qui a fait l’objet de plus de quarante traductions, puis en 2003, aux éditions Stock, Riquet à la houppe, Millet à la loupe, et en 2008, Jour de Souffrance, aux éditions Flammarion. Catherine Millet a publié son troisième ouvrage autobiographique, Une enfance de rêve, en avril 2014. D’art press à Catherine M., livre d’entretiens avec Richard Leydier paraît en 2011 aux éditions Gallimard. En 2012 et 2013 plusieurs événements et publications ont marqué l’anniversaire des 40 ans d’artpress, en particulier un album rétrospectif aux éditions de La Martinière et trois journées de rencontres, conférences et concerts à la Bibliothèque Nationale de France. En 2017, Catherine Millet publie Aimer Lawrence aux éditions Flammarion.

André Rouillé, maître de conférence honoraire à l'université Paris-8, UFR Art et philosophie. Directeur-fondateur du site internet paris-art.com, auteur d’essais sur la photo, dont La Photographie, entre document et l’art contemporain (Folio-Essais Gallimard).

Aurélie Voltz, directrice du MAMC depuis 2017. Elle développe une programmation, fortement liée à la collection, de rétrospectives de grandes figures à des artistes internationaux contemporains peu montrés en France. Elle dirige, entre 2010 et 2017, les musées de Montbéliard rassemblant des collections encyclopédiques de la paléontologie à l’art contemporain. Commissaire indépendante basée à Berlin entre 2004 et 2010, elle réalise de nombreuses expositions d’art contemporain à Turin,Londres, Bordeaux ou Paris. Débutant son parcours à l’ARC-Musée d’Art moderne de la Ville de Paris, elle occupe le poste de chief curator au Palais de Tokyo jusqu’en 2004. Co-directrice de Public>, elle assure la programmation de cet espace indépendant parisien dédié à la jeune création jusqu’en 2006.

Modération : Élisabeth Couturier
Journaliste et critique d'art, Elisabeth Couturier est présidente de l'AICA France (Association internationale des critiques d'art). Elle possède une longue expérience multimédia, intervenant dans la presse, l'édition, la radio et la télévision. Elle collabore régulièrement aux magazines Art Press, l’Œil, Historia et pendant plus de 30 ans a tenu la chronique art contemporain à Paris Match. Elle dirige la collection "Le Guideaux" aux éditions Flammarion, dont elle a écrit trois titres, notamment le best-sellers L’art contemporain. Elle a produit plusieurs émissions de radio sur l'art pour France Culture, dont l'hebdomadaire Les mardis de l’expo. Elle a été conseillère de programme pour les documentaires sur France 2 puis sur France 3, et auteure pour Canal+, M6 et France 5. En 2002, elle a participé à la mission lancée par Jean-Jacques Aillagon, alors ministre de la Culture, sur la question de la culture sur les chaînes du service public. Elle est l’auteure de la collection de films de 26 minutes Les petits secrets des grands tableaux (25 films x 26mn) diffusés sur ARTE et donne régulièrement des conférences sur l'histoire de l'art et les principaux mouvements contemporains. Elle est aussi commissaire d'exposition.


La sécurité des intervenant·e·s et des publics reste la priorité. Les différentes journées sont adaptées afin d’être compatibles avec les gestes barrières : espacement entre chaque siège d'un mètre minimum, éclatement de l’évènement dans différentes salles, nombre de personnes par journée limité, tenue des journées en visioconférence , etc.

Text by Sandra JacquierLieu
Musée d’art moderne et contemporain de Saint-Étienne Métropole


⚠️
Votre navigateur est obsolète, l’affichage des contenus n’est pas garanti.
Veuillez effectuer une mise à jour.