Article | Magazine | Découvrir

Awazé Café

Nouvel espace éphémère qui pimente la vie stéphanoise

par Coline VernayColine Vernay

Le collectif Vert Boucan ré-ouvre à partir du 7 mai 2022 un espace dingue : l’ancien Flore. À la fois café, restaurant, espace d’atelier et résidence d’artiste, Awazé célèbre la diversité culturelle du continent africain, invité de la Biennale. Danser sous la coupole, chiller dans l’herbe au soleil, déguster de bons petits plats... les occasions ne manqueront pas de découvrir ce lieu : ne les ratez pas ! 

Le Flore : réveil d’un bâtiment pas ordinaire

Au bord du boulevard Jules Janin, le haut d’un dôme émerge de la végétation du parc François Mitterrand. C’est le Flore, ancien restaurant, dont les portes étaient restées fermées au public depuis une dizaine d’années. Construit en 1969, sa spacieuse coupole a accueilli de nombreuses fêtes, et se pare de nouveau de nombreuses boules à facettes. En journée, le soleil passe à travers les plantes variées qui poussent collées aux grandes fenêtres, c’est luxuriant. De l’autre côté de celles-ci, on trouve un jardin, planqué derrière des haies, au calme, au frais. Ses tables et chaises sont prêtes à porter des groupes de gourmets, avant d’être emportées. Car à Awazé, rien n’est destiné à rester : tout est à vendre, même le mobilier (grâce à un partenariat avec Emmaüs et son atelier menuiserie).

Qu’est-ce qui se trame là-dedans ?

Ambitieux, curieux, singulier… le programme donne envie d’accrocher un hamac à proximité pour être sûr de ne rien rater : 3 petits mois d’ouverture qui s’annoncent intenses.

Jusqu’au 10 juillet, Awazé sera ouvert du mercredi au samedi, ainsi qu’un dimanche sur deux.
L’espace café propose notamment des bières originales de la brasserie stéphanoise (hibiscus rhubarbe) et du bissap (jus d’hibiscus) maison.

Midi et soir, la restauration sera assurée par un cuisinier ivoirien, une cuisinière éthiopienne, et occasionnellement d’autres chefs et cheffes invités. La cuisine privilégie des ingrédients bio et locaux, est majoritairement végétarienne, avec des options viande lors de focus sur 1 pays du continent africain (Soudan, Maroc…) le mercredi soir, et lors des couscous les vendredis midi. L’équipe le rappelle : « Ni algérien, ni marocain, le couscous est africain. »
Un dimanche sur deux sera proposé un brunch panafricano-stéphanois.

À ces rendez-vous culinaires hebdomadaires se grefferont des ateliers, DJ sets, projections de films et vidéos… beaucoup de surprises. Lors de notre visite du lieu, alors en pleins travaux, notre guide nous présente le projet : « Ce n’est pas juste un bar. Même si on peut venir juste pour manger ou boire un verre. La prog est le fil rouge ». Celle-ci promet :

  On va casser les clichés : l’Afrique ce n’est pas que djembé et mafé, on va faire se rencontrer gastronomie soudanaise, techno ougandaise et circassiens marocains...  

Hélène du collectif Vert Boucan

Devant l’ampleur de la programmation (à découvrir au fur et à mesure sur leurs pages Facebook et Instagram) on s’interroge : comment peuvent-ils être aussi hyperactifs et hyperactives dans un tel espace où l’on a juste envie de s’allonger dans l’herbe en attendant que le hérisson repasse faire coucou ?

Vert Boucan : collectif tentaculaire

L’association se présente comme « Une belle équipe de numéros 10 », et ils en ont bien l’énergie ! Beaucoup d’entre eux gravitent autour de l’amicale laïque de Tardy :
Morgan est coordinateur de cette amicale, et y organise avec Lucas les brunchs « Réveil Tardyf ». Hélène participe également à l'organisation d’événements avec ses associations Les Bugnes (vinyle festif) et Selam! (pépinière d'initiatives solidaires)… Lors des présentations, d’autres noms liés au tissu culturel stéphanois ressortent : l’un travaille au MAMC, le président Jérôme pour la compagnie de danse Dyptik
Morgan explique que le projet est aussi porté par de nombreux bénévoles : « des amis, des potes de potes, des anciens d’Ursa Minor… des gens amènent des compétences… s’emparent du projet », et s’amuse de leur fonctionnement : 

 On fait le grand écart : on va de l’institutionnel +++ à l’underground - - - 

Morgan du collectif Vert Boucan

L’envie de brasser les cultures et les publics est là.
Le nom de ce premier lieu éphémère qu’ils ouvrent (enfin) à Saint-Étienne, Awazé, fait référence à une pâte de piment érythréen : ça promet !

Soirée d'ouverture le 7 mai

Infos et réservations sur :
Evénement FacebookBilletterie en ligne

Awazé Café
Cantine éphémère, festive et culturelle
11 Mai au 10 Juillet 2022 

de 11h à 23h
31 boulevard jules janin 42000
Depuis la Cité du Design : 5 min à pied
Depuis la gare Carnot : 7 min à pied
Depuis la gare Chateaucreux : 12 min à pied
Depuis la place Jean-Jaurès : 15 min à pied

par Coline VernayColine Vernay


⚠️
Votre navigateur est obsolète, l’affichage des contenus n’est pas garanti.
Veuillez effectuer une mise à jour.