Idées | Magazine | Livres à partager

Enjeux politiques de l’art du jardinage

Livres à partager : les références de Pauline Gillard & Pauline Liogier, responsables pédagogiques de jardins d’Écoles d’Art

par Coline Vernay

Pauline Liogier, responsable du Pôle Terre à l’Esadse, recommande la lecture de trois livres en particulier :


Un sol commun : lutter, habiter, penser
Marin Schaffner

Wildproject, 2019

« C’est un livre dans lequel je retourne souvent, comme une piqûre de rappel qui parcourt tous les sujets qui se rejoignent au jardin, chaque article mérite de partir faire des recherches supplémentaires. »

Marin Schaffner, Un Sol commun : lutter, habiter, penser © Wildproject

Reclaim
Émilie Hache

Cambourakis, 2016

« Un extrait qui résonne au Pôle Terre : Il n’y a ici, encore une fois, aucune idée de retour en arrière, mais bien plutôt celle de réparation, de régénération et d’invention, ici et maintenant. »

Émilie Hache, Reclaim © Cambourakis

Nos cabanes
Marielle Macé

Éditions Verdier, 2019

« Un extrait parlant : Faire des cabanes : imaginer des façons de vivre dans un monde abîmé. Trouver où atterrir, sur quel sol réprouvé, sur quelle terre repensée, prise en pitié et en piété. Mais aussi sur quels espaces en lutte, discrets ou voyants, sur quels territoires défendus dans la mesure même où ils sont réhabités, cultivés, imaginés, ménagés plutôt qu’aménagés.
Pas pour se retirer du monde, s’enclore, s’écarter, tourner le dos aux conditions et aux objets du monde présent. Pas pour se faire une petite tanière dans des lieux supposés préservés et des temps d’un autre temps, en croyant renouer avec une innocence, une modestie, une architecture première, des fables d’enfance, des matériaux naïfs, l’ancienneté et la tendresse d’un geste qui n’inquiéterait pas l’ordre social… Mais pour le leur faire face autrement, à ce monde-ci et à ce présent-là, avec leurs saccages, leurs rebuts, mais aussi leurs possibilités d’échappées. […] Faire des cabanes en tout genre – inventer, jardiner les possibles, sans craindre d’appeler “cabanes” des huttes de phrases, de papiers, de pensées, d’amitiés, des nouvelles façons de se représenter l’espace, le temps, l’action, les liens, les pratiques. Faire des cabanes pour occuper autrement le terrain, c’est-à-dire toujours, aujourd’hui, pour se mettre à plusieurs.
Surtout pas pour prendre place, se faire une petite place là où ça ne gênerait pas trop, mais pour accuser ces mondes en place – de places faites, de places refusées, de places prises ou a prendre.
»

Marielle Macé, Nos cabanes © Verdier

Pauline Gillard (responsable pédagogique du projet les jardins suspendus de l’École d’art de Belfort) conseille :


Plaidoyer pour l’arbre
Francis Hallé

Actes Sud, 2005

« C’est notre Botaniste en chef. Cet ouvrage est bouleversant en ce qu’il fait prendre conscience des êtres qui nous environnent, c’est hyper beau et plein de poésie tout en étant scientifique. Il ne peut qu’intéresser les futurs artistes. »

Francis Hallé, Plaidoyer pour l’arbre © Actes Sud

Une écologie décoloniale
Malcolm Ferdinand

Éditions du Seuil, 2019

« Ce livre d’écologie politique donne une analyse critique du monde, et est bien à mettre en perspective avec le suivant. »

Malcolm Ferdinand, Une écologie décoloniale  © Éditions du Seuil

Apprendre à voir – le point de vue du vivant
Estelle Zong Mengual
Actes Sud, 2021

« Parce qu’il remet en perspective l’éducation de l’œil qu’on a sur le vivant. Elle enseigne et a une chaire dans l’école d’art à Paris. »

Estelle Zong Mengual, Apprendre à voir – le point de vue du vivant © Actes Sud

ArticleL’art les mains dans la terreRencontre avec Pauline Liogier (Pôle Terre, Esadse) et Pauline Gillard (responsable pédagogique des jardins suspendus de l’école d’art de Belfort).

par Coline Vernay


InspireUn séminaire dédié à la recherche-design, réunissant pour la première fois à la Biennale le milieu académique et le monde de l’entreprise.

La Biennale réunit depuis deux décennies (en présentiel et parfois par écrans interposés) entreprises, chercheurs, artistes, institutionnels… Hubspot hybride du design, elle provoque volontairement les rencontres pour stimuler la circulation des idées. Conscient du pouvoir de...


Recherche en dialogue Le philosophe Didier Debaise échange avec Simone Fehlinger, designer-chercheuse à la Cité du design.

Philosophie, anthropologie, biologie, sociologie… la recherche design se nourrit de la transdisciplinarité. À quoi ressemble une conversation entre des chercheurs de mondes différents ? Sans avoir en commun les mêmes connaissances théoriques, est-il possible de se comprendre,...


La Biennale vue par... Christophe Chaptal de Design fax

Nous avons suivi le directeur de Design fax lors de sa visite de la Biennale


Awazé CaféNouvel espace éphémère qui pimente la vie stéphanoise

Le Flore réouvre ses portes avec le collectif Vert Boucan : Danser sous la coupole, chiller dans l’herbe au soleil, déguster de bons petits plats... les occasions ne manqueront pas de découvrir ce lieu : ne les ratez pas !


Qu’est-ce qu’on mange à la Biennale, en mai-juin ?

Si la biennale cherche avant tout à nourrir les esprits et alimenter les réflexions, c’est toujours mieux le ventre plein. Pour pimenter votre agenda, les occasions de se régaler se succèdent tout au long de la biennale. Comme accompagnement aux habituelles questions « où...


⚠️
Votre navigateur est obsolète, l’affichage des contenus n’est pas garanti.
Veuillez effectuer une mise à jour.