Projet de recherche

Maison Soustraire

Laboratoire d’un habitat en diminution

Par Simone Fehlinger

© Mathilde Pellé

Un projet expérimental de Mathilde Pellé au sein du Deep Design Lab Cité du design, coproduit par l’École urbaine de Lyon – études urbaines anthropocènes.

Axe Bifurcations
Soustraire ― archéologie des objets anthropocènes, transformation des objets ― reconfiguration des usages ― diminution d'un habitat

Projet par : Mathilde Pellé, designer-chercheuse associée

Chercheurs, étudiants et artistes associés : 
– Jérémy CHEVAL – architecte et chercheur (Ecole urbaine de Lyon)
– Margaux DANIEL  – assistante, designer
– Étudiants du Master 1 Géographies Numériques (GéoNum) – Universités Lyon 2, Jean Monnet St-Étienne & ENS Lyon, dirigé par Thierry JOLIVEAU – professeur de géographie et avec Clémentine PÉRINAUD – A.T.E.R.  en Géographie-Aménagement.
– Étudiants du Master Design de la transition – EESAB Brest, dirigé par Xavier MOULIN – designer et Morwena NOVION – théoricienne du design.
– Jean-Marc DI TROCCHIO – psychologue clinicien & Jean-Baptiste DESVEAUX – docteur en psycologie.Partenaire : Epase

Partenaire : EPASE

2019–en cours

Maison Soustraire s'appuie sur l'hypothèse d'une réalité toute proche dans laquelle la baisse des moyens matériels transformera nos environnements domestiques et les objets qui les composent. Cette possibilité nous pousse à questionner les restes et les traces que produiraient des vies "anthropocènes". Ce laboratoire propose d'investir une maison qui sera un lieu de vie expérimental où la matière constituant les objets sera amenée à disparaître progressivement, pour permettre la simulation d'un futur en pénurie. La designer Mathilde Pellé résidera dans cet habitat diminué ; elle sera à la fois actrice - en compagnie d'autres créateurs (permanents et invités) elle participera aux soustractions qui modifieront les objets - et aussi sujet : des chercheurs associés feront partie et accéderont au laboratoire pour y observer et étudier la transformation de l'environnement et les effets produits sur l' habitante et son quotidien. Les modes d'accueil seront définis afin de répondre de la meilleure façon aux besoins spécifiques de chaque étude portée. Ce laboratoire prendra place à Saint-Étienne, il impliquera la population stéphanoise en lui permettant de co-concevoir le protocole qui forcera la diminution de l' habitat et contraindra les créateurs tout au long de l'expérimentation. En ayant une influence directe sur l'évolution du lieu de vie, les stéphanois pourrons déployer les questions communes contenues dans le projet. La maison investie s'imagine comme un lieu de recherche pluridisciplinaire qui produira des objets et de la matière théorique et documentaire dans le but de faire apparaître et de questionner ce que pourrait être la réalisation matérielle de l'anthropocène dans l' habitat.

Lien : www.soustraire.fr

Mathilde Pellé, designer-chercheuse associée au Deep Design Lab
En parallèle d’une activité de production de formes (objets, lieux, …), elle développe depuis 2016 Soustraire, un projet de recherche qui s’intéresse aux actions soustractives appliquées à la matière, aux objets et aux usages. Ce travail lui permet de poser assidûment cette question « Pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que moins ? ». Elle collabore depuis fin 2019 au Deep Design Lab du Pôle Recherche de la Cité du Design, à Saint-Étienne.


Ce travail a bénéficié d’une aide de l’Etat gérée par l’Agence Nationale de la Recherche au titre du programme d’investissements d’avenir portant la référence ANR 17-CONV-0004.

Par Simone Fehlinger


⚠️
Votre navigateur est obsolète, l’affichage des contenus n’est pas garanti.
Veuillez effectuer une mise à jour.