Article | Biennale 2022 | Découvrir

Parlons Mode(s) !

par Coline Vernay

À travers ses expositions et événements, la Biennale Internationale Design Saint-Étienne 2022, s’intéresse aux différentes bifurcations expérimentées par le secteur de la mode. Éco-responsabilité, jeu avec les genres et les cultures... panorama.

L’industrie de la mode est emblématique. L’histoire de sa production permet de mettre en lumière les problématiques actuelles de nos sociétés de consommation1. Très visible, elle est souvent pointée du doigt pour toutes les pollutions qu’elle génère2. Sa forte exposition (dans les médias, sur les réseaux sociaux, sur nos dos tous les jours) lui confère un important potentiel : qu’on s’y intéresse ou non, nous sommes toutes et tous quotidiennement en contact avec la mode et les messages qu’elle porte. Se voulant à la pointe, elle cherche à innover, être exemplaire, ce qui aujourd’hui exige de proposer de nouveaux modèles.

Éco-responsabilité : « le » sujet qui agite la mode

 « La mode durable » apparaît comme un paradoxe. La mode, qui se caractérise par ses vogues, ne peut exister que dans le mouvement, le changement. La tendance est par définition opposée à la stabilité, la durabilité dans le temps.
Assortie à l’accélération globale de nos modes de vie3, la mode s’est emballée ces dernières décennies. Elle se renouvelle à un rythme effréné, épuisant ses créateurs et les ressources nécessaires à la fabrication de vêtements, accessoires, cosmétiques…4
Avec la progressive prise de conscience écologique du grand public, la question est posée : peut-on s’habiller sans sur-consommer ? De nombreuses propositions de vêtements sobres, intemporels, classiques, « hors-mode » ont émergé. En parallèle, des projets cherchant des alternatives plus créatives, festives, éco-responsables mais permettant aux individus de continuer à s’exprimer avec leurs vêtements et jouer avec leurs identités, se développent.
La Biennale accueille plusieurs événements qui permettent de voir la mode non pas comme un objet figé sous une vitrine, mais telle qu’elle est : vivante, légère, surprenante. 

Fibre, Cie Dakipaya Danza, 2018 © Kalimba

A vos agendas !

Collectif Fil UtileChoisir l’essentiel : tisser des liens
Article
Un aperçu de l'exposition Singulier PluriellesFranck Houndégla, son commissaire, vous présente l'exposition et une sélection de projets
Article

Jouer avec les genres

Les mouvements LGBTQIA+5 inventent actuellement de nouvelles façons de prendre part au débat public, et gagnent en visibilité. À la recherche d’alternatives, les relations aux corps, aux sexes, aux genres sont questionnées. D’autres voies sont explorées, à la recherche de formes de sociétés non fondées sur la binarité.
Dans ce contexte, la mode est un support d’expression plébiscité.

A vos agendas !

  • Une partie de l’exposition Dépliages est dédiée à l’habillement, avec notamment deux pièces signées Jean-Paul Gaultier. Le commissaire Florian Traullé fait une place de choix à ce célèbre couturier qui aura toute sa carrière joué avec les codes, questionné les normes, déjoué le genre. Du 6 avril au 31 juillet
  • Atelier créatif pour les enfants "les petites fabriques" autour des poupées de papier avec Fanette MELLIER (artiste et graphiste) et Grégoire ROMANET (designer) - le 18 juin
Lire aussi Que font les designers ? 
Qui sont-ils, quel rôle jouent-t-ils dans une entreprise ? De Léonard de Vinci à Steve Jobs en passant par Jean-Paul Gaultier, Florian Traullé, le commissaire de l’exposition Dépliages corps/accord avec l’objet industriel, nous partage son point de vue.
Entretien

Honorer la diversité culturelle

Trop souvent, des marques établies se sont servies dans d’autres cultures, dans un phénomène d’appropriation culturelle, aux relents post-coloniaux. Plusieurs polémiques, à propos par exemples des coiffures des défilés Marc Jacobs en 2015 et 2016, ont ouvert le débat sur ce phénomène6. S’il est convenu que le contact avec d’autres cultures est source d’inspiration, la réinterprétation doit être respectueuse, la source doit être honorée, et les revenus engendrés doivent être redistribués. La spoliation de richesses, la déformation servant des stéréotypes racistes, le pillage culturel ne peuvent plus être tolérés.
Lors de la biennale, plusieurs projets invitent à découvrir la diversité derrière le mot « modes » qui aujourd’hui n’a vraiment de sens qu’au pluriel. 

A vos agendas !

Co'Collection Delaunay, 2022 ©Lycée Adrien Testud

Les dates et horaires peuvent être amenés à changer, pensez à vérifier sur les pages dédiées. 

par Coline Vernay

2A propos des problèmes écologiques générés par l'Industrie de la mode voir notamment Le livre noir de la mode" d'Audrey Millet, cet article sur Oxfam France, cet article sur le Monde.
3Voir notamment le travail du sociologue et philosophe Harmut Rosa.
4Le Manifeste "Anti_Fashion", écrit par Lidewij Edelkoort en 2015, exprime bien ce phénomène d'épuisement.
5LGBTQIA+ est le sigle pour les personnes Lesbiennes, Gays, Bisexuelles, Trans, Queers, Intersexes et Asexuelles.

Une visite avec…Johan, médiateur à la Biennale, présente l’exposition Dépliages.

Voir une exposition, c’est bien. En parler, interroger collectivement ce que l’on a sous les yeux, c’est encore mieux. Nous avons rencontré Johan qui accompagne les visiteurs. Il nous raconte son expérience de la Biennale et présente son expo coup de cœur : Dépliages.


Se mettre en mouvementBifurquer, c’est continuer à avancer… mais comment penser de nouvelles mobilités ?

Envisager, très concrètement, de nouvelles mobilités, c’est l’objet de la conférence Fix, flux + flow du 23 juin, liée à une programmation globale. Rencontre avec Laetitia Wolff, sa conceptrice.


Faire école, c'est faire ensembleLes étudiantes et les étudiants, de l’Esadse et d’ailleurs, proposent résolument Le Monde, sinon rien

Face aux enjeux qui sont les nôtres aujourd’hui, pour permettre la cohabitation de tous les êtres vivants sur cette planète, les étudiantes et les étudiantes réagissent “par l’expérimentation, la fabrique, la solidarité”, nous dit Sophie Pène, co-commissaire de l’exposition...


Le design actif près de chez vousUne sélection de projets qui habillent l’espace public et incitent les stéphanois à bouger

La métropole de Saint-Étienne et le territoire stéphanois sont à l’avant-poste en matière de développement du design actif. Nombreux sont les projets locaux qui respectent et illustrent les principes du design actif : nous en avons sélectionné cinq. Chacun permet de mieux...


Une visite avec...Axelle, médiatrice à la Biennale, présente l'exposition At Home.

À quoi ressemble la Biennale vue de l'intérieur ? Nous avons interrogé la médiatrice Axelle, pour en savoir plus son quotidien, ses ressentis, et les réactions qu'elle observe dans le public.


⚠️
Votre navigateur est obsolète, l’affichage des contenus n’est pas garanti.
Veuillez effectuer une mise à jour.